Articles marqués avec ‘qualité’

Qu’est-ce qu’une information de qualité ?

Written by Geraldine O.. Posted in L'ère des médias

| L’ère des médias | Fonctions des médias | Qu’est-ce qu’une information de qualité ? | Mai 2020 |

Durant le semestre de printemps 2020, dans le cadre du MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale », les étudiants de l’Université de Genève en journalisme et communication vont définir ce qu’est l’ère des médias. Cet article interrogera plus particulièrement la qualité journalistique. Internet permet la diffusion rapide d’une quantité d’informations toujours plus grande. Dans ce contexte, savoir différencier une bonne information d’une mauvaise est primordial !


Infographie expliquant les différents critères nécessaires à une information de qualité

Infographie – Fonction des médias

Depuis le mois de mars, le coronavirus s’est imposé comme sujet privilégié de toutes les discussions. Les informations autour du covid-19 sont omniprésentes à la radio, à la TV, dans la presse, mais également sur internet et les réseaux sociaux. Dans cette masse de messages, il est important de discerner quelles sont les informations de qualité auxquelles se fier. Alors quels sont les critères qui font une bonne information ?

Comment définir la qualité d’une information ?

Pour qu’une information de qualité soit considérée comme telle, elle est soumise à quatre critères : l’intelligibilité, la vérité, la sincérité et la justesse.

  • Intelligibilité : tout discours doit être compris, au préalable, de toutes les parties concernées
  • Vérité : les faits décrits doivent être objectivement exacts
  • Sincérité : l’évaluation de l’exactitude d’un message est subjective
  • Justesse : les énoncés doivent être conformes aux normes qui régissent le contexte

L’intérêt de ces critères pour les médias

Ces critères doivent absolument être respectés par les médias traditionnels dont l’activité principale est d’informer.

  • L’intelligibilité consiste en une information claire et facile à comprendre. Elle permet une économie d’effort de compréhension et d’analyse de la part des récepteurs.
  • La vérité concerne les faits pouvant être justes ou faux. Dans le cas des médias, il est primordial que la vérité soit recherchée à la fois par les émetteurs et les récepteurs afin d’éviter la propagation de fake news.
  • La sincérité instaure un climat de confiance entre un lectorat et un journaliste ou un journal. Ce critère remplace parfois celui de vérité pour des informations qui ne sont pas directement vérifiables.
  • La justesse oblige les médias à construire des énoncés qui sont pertinents et qui sont conformes à différentes normes établies. Par exemple, l’écriture journalistique nécessite le choix d’un angle et le respect de la règle des 5W (what ? who ? where ? when ? why ?).

D’où viennent ces critères ?

Les critères d’intelligibilité, de vérité, de sincérité et de justesse proviennent de l’agir communicationnel inventé par Jürgen Habermas. Jürgen Habermas est un théoricien allemand en philosophie et en sciences sociales qui fait partie de l’École de Francfort. L’agir communicationnel est une nouvelle théorie de la société basée sur la communication. Lors d’un acte de communication, si ces quatre critères sont respectés, un consensus se forme et une compréhension intersubjective apparaît.

Vous souhaitez en savoir plus sur les médias ? Découvrez les MOOCs de l’Université de Genève !

 

L’article a été rédigé sur la base de publications scientifiques et d’extraits du cours « Innovation, médias et transformation digitale » :

  • Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J-B., Schilizzi S., « Les médias : de l’éthique aux critères de qualité de l’information. Réflexion à partir de l’agir communicationnel d’Habermas », chapitre 49 in Sonnac N. et Greffe X. (Dir.), Culture Web – création, contenus, économie numérique-, Paris, Dalloz, 2008, ISBN 978-2-247-07971-1, pp. 865-876.
  • RTS. (16 mars 2020). Comment se prémunir contre les fausses informations sur le Covid-19 ?. En ligne https://www.rts.ch/info/sciences-tech/11168250-comment-se-premunir-contre-les-fausses-informations-sur-le-covid-19-.html, consulté le 11 mai.
  • Extrait du cours Innovation, Médias et Transformations Digitales enseigné par PROF. Pierre-Yves Badillo | Module 2 | Leçon 1: L’ère des médias | Séquence 3: Fonctions des médias

 

Quel est l’intérêt de la déontologie dans le journalisme ?

Written by Geraldine O.. Posted in L'ère des médias

| L’ère des médias | Fonctions des médias | Quel est l’intérêt de la déontologie dans le journalisme ? | Mai 2020 |

Durant le semestre de printemps 2020, dans le cadre du MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale », les étudiants de l’Université de Genève en journalisme et communication vont définir ce qu’est l’ère des médias et ses différentes composantes. Cet article questionnera plus particulièrement l’importance de la déontologie dans la pratique du journalisme. Les différentes règles qui composent le métier de journaliste permettent à la population d’obtenir des informations auxquelles elle peut se fier.


Infographie expliquant l'intérêt de la déontologie dans le métier de journaliste

© Infographie – Fonction des médias

À l’ère des réseaux sociaux, les messages voyagent à vitesse accélérée et les fake news se propagent encore plus rapidement. Les utilisateurs ont parfois du mal à distinguer les informations fiables. Les médias traditionnels doivent donc constituer des sources auxquelles la population peut se référer. Le métier de journaliste repose sur différents principes tirés de l’éthique et de la déontologie qui assurent une information de qualité.

La déontologie à la base du métier de journaliste

Depuis longtemps, les syndicats de journalistes ont affirmé leurs soucis déontologiques. Afin d’avoir des règles précises et éthiques, ils ont défini des codes ou des chartes au sein des différents journaux. En 1918, la charte des devoirs professionnels des journalistes français fut adoptée. Révisée en 1938, elle souligne la responsabilité du journaliste, le refus de la calomnie, l’intégrité du journaliste, le refus du plagiat, l’importance du secret professionnel et l’honnêteté. Quant à la Déclaration des devoirs et des droits de journalistes, elle insiste sur le respect de la vérité, de la liberté de l’information et le respect de la vie privée.

Ces règles sont en partie tirées de différents courants éthiques. L’éthique est une branche philosophique permettant de réfléchir sur la morale. Elle permet de justifier les grandes règles du journalisme telles que la recherche de vérité ou le respect des sources et des autres acteurs de la communauté.

Un métier de journaliste radicalement différent selon les régime politique

Il y a toujours eu un lien étroit entre les fonctions des médias et les régimes économiques et politiques. Durant les derniers siècles, plusieurs régimes se sont imposés et ont défini des éléments centraux concernant l’éthique et le rôle journalistique. Quatre grandes théories de la presse se sont formées.

  • La théorie autoritaire considère les médias comme un instrument de soutien pour la politique en place. Elle est appliquée à partir du XVIIème siècle par la monarchie absolue. Par exemple, sous le règne du Roi Henry VIII, il faut une autorisation royale pour publier un journal et la critique du gouvernement est interdite.
  • La théorie du système soviétique est appliquée dans les régimes totalitaires. Dans ce type de régime, les médias sont utilisés par les membres d’un parti. Il est interdit de contredire le gouvernement et ces médias contribuent au succès du parti.
  • La théorie libérale de la presse, promue dès le XVIIème siècle par John Milton, définit les objectifs d’une presse libre : informer, divertir, faire de la publicité, aider à découvrir la vérité, contrôler le gouvernement. En d’autres termes, les médias doivent surveiller l’environnement.
  • La théorie de la responsabilité sociale détermine que les médias ont le devoir de répondre aux besoins et aux désirs la société. La commission Hutchins consacre une réflexion sur les pratiques des médias. Il en résulte que les interventions dans les débats sont libres et que l’intérêt privé doit être écarté.

Les objectifs majeurs du journalisme

Un consensus se forme sur la base des théories de la presse, d’approches philosophiques et de la déontologie journalistique. Ce consensus établit cinq objectifs majeurs du journalisme dans les pays démocratiques. Ces objectifs sont : chercher la vérité, être socialement responsable, informer, servir la population de façon indépendante et ne pas servir de chien de garde au gouvernement.

Vous souhaitez en savoir plus sur les médias ? Découvrez les MOOCs de l’Université de Genève !

 

L’article a été rédigé sur la base de publications scientifiques et d’extraits du cours « Innovation, médias et transformation digitale » :

  • Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J-B., Schilizzi S., « Les médias : de l’éthique aux critères de qualité de l’information. Réflexion à partir de l’agir communicationnel d’Habermas », chapitre 49 in Sonnac N. et Greffe X. (Dir.), Culture Web – création, contenus, économie numérique-, Paris, Dalloz, 2008, ISBN 978-2-247-07971-1, pp. 865-876.
  • Conseil suisse de la presse. (2008) La Déclaration des devoirs et des droits du/de la Journaliste. En ligne http://www.mediateur.tamedia.ch/wp-content/images/Declaration_2008_fra.pdf, consulté le 11 mai 2020.
  • Extrait du cours Innovation, Médias et Transformations Digitales enseigné par PROF. Pierre-Yves Badillo | Module 2 | Leçon 1: L’ère des médias | Séquence 2: Médias, régimes politiques/économiques et rôle des organisations internationales
  • Extrait du cours Innovation, Médias et Transformations Digitales enseigné par PROF. Pierre-Yves Badillo | Module 2 | Leçon 2: Journalisme et communication | Séquence 3: Des principes éthiques à la déontologie journalistique