Quel avenir pour le journalisme traditionnel et l’information de qualité?

Written by Laura Puglisi. Posted in "Googlization" et transformation digitale, MOOC Innovation, médias, transformation digitale

La pandémie du Covid-19 met davantage en crise la presse traditionnelle, à travers la perte de nombreux revenus publicitaires. Secteur déjà en crise auparavant, sa situation ne s’arrange pas. Dans le cadre du dernier article du MOOC « Innovation, Médias et transformation digitale », l’institut Medi@lab fait le lien entre la « Googlization des médias » et le secteur de la presse. Cela va être mis en exergue à travers l’interview d’un futur journaliste. Nous analysons via son cursus, son expérience et ses idées le futur de ce métier, entre crise du journalisme traditionnel et information de qualité toujours plus rare.

Giacomo Annicchiarico – En quelques mots, quel a été ton parcours dans l’objectif de devenir journaliste professionnel?

CV (initiales d’emprunt) – Mon parcours universitaire a débuté avec un bachelor en sciences économiques et sociales, et s’est poursuivi avec un master, toujours dans ce domaine. Ce qui est important pour entrer dans le journalisme, à mes yeux, ce n’est pas forcément d’avoir étudié la méthodologie au préalable, puisqu’elle va de toute manière être apprise sur le tas, lors des expériences professionnelles. Ce qui compte est le bagage accumulé précédemment, que ce soit en sociologie, en économie ou encore en sciences politiques, véritable clé de lecture qui permettra d’appréhender les divers sujets. Durant une grande partie de mes études, j’ai travaillé dans le journal de l’université. C’est à la fin du master que j’ai été engagé en stage de formation dans un média indépendant suisse romand.

Au regard de ton expérience lors du stage de formation, as-tu ressenti cette crise qui touche le secteur de la Presse? Et si oui, l’as-tu ressentie dans ton travail quotidien au sein de la rédaction?

Tout d’abord, la vie d’un média indépendant en Suisse est vraiment compliquée, davantage que celle d’un média comme « Le Temps » par exemple. Dès le début, j’ai ressenti le manque de moyens au sein de la rédaction du journal: les collègues en parlaient ouvertement lors des pauses. La question pour la plupart des médias indépendants suisses c’est: comment survivre financièrement lorsqu’on dépend du lectorat et/ou de l’autofinancement?

Au sein du journal, il y avait une pression pour trouver de nouveaux abonnés que ce soit pour le format print ou pour le web. En plus de couvrir l’actualité, il y avait une nécessité de réfléchir à comment attirer de nouveaux lecteurs de par les sujets. En fait, j’ai pu observer que la demande influence aussi le contenu. Pour assurer son avenir, le but du média est avant tout de vendre « sa production », et de chercher à attirer ainsi de nouveaux abonnés. Là où j’ai travaillé, le journalisme ne baissait pas en qualité pour autant.

Le véritable enjeu c’est de renouveler le lectorat, de chercher à attirer les jeunes

Après l’expérience vécue lors de ce stage de formation, considères-tu que l’avenir de la profession de journaliste traditionnel est en danger?

Le journalisme traditionnel devrait toujours exister. Un journal peut survivre grâce à la publicité ou encore au mécénat. Alors que l’on a parfaitement pu constater les limites de la publicité en ces temps de crise. Le véritable enjeu c’est de renouveler le lectorat, de chercher à attirer les jeunes. Les médias doivent réussir à « changer de génération ». Cet enjeu est clair, comme nous le démontre l’exemple de la RTS qui s’efforce d’attirer un public plus jeune en variant les contenus et les supports (utilisation d’Instagram).

Est-ce que tu considères que le journalisme numérique pourrait remplacer le journal print? Quels sont tes rapports avec le numérique?

La forme importe peu, l’essentiel c’est avant tout le fond. La forme ne doit tout simplement pas influencer négativement le fond. L’approche avec le numérique est différente, il faudrait éviter de tomber dans une logique tape-à-l’œil, à la recherche du click. Un exemple de risque lié au numérique, c’est celui du journal « Le Temps », qui produit massivement des articles chaque jour afin de faire « tourner » le site sans arrêt. La page d’accueil ne doit pas stagner, ne serait-ce même qu’une heure. Cette course à la productivité est un danger lié à la numérisation.

L’aide idéale serait représentée par la mise en place d’une aide fédérale

Est-ce que tu penses que l’information de qualité risque de disparaître? Comment pourrions-nous assurer sa survie?

Concrètement, les gens doivent continuer à chercher l’information de qualité. En fait, on en revient au problème générationnel. Il faut attirer un lectorat plus jeune et éduquer les nouvelles générations aux médias. L’aide cantonale directe, comme il y a eu au Canton de Vaud, ce n’est pas forcément la meilleure solution. Si le principal financement provient du Canton, le journal ne va pas remettre en question la politique cantonale. Disons que cela peut donc réduire la liberté d’un journal.

L’aide idéale serait représentée par la mise en place d’une aide fédérale, d’un niveau plus détaché. Le soutien de la Confédération à la Presse serait la solution la plus viable pour qu’un journal puisse garder la plus grande marge de liberté. Il faudrait peut-être repenser les aides à la Presse, surtout au regard de l’expérience actuelle, avec les chutes des revenus publicitaires liées au Covid-19.

Finalement, quels points positifs retiens-tu dans le journalisme d’aujourd’hui? Qu’est-ce qui te fais croire encore dans ce métier?

D’après moi, la profession de journaliste est essentielle à la vie d’une société démocratique. Le journal c’est le média, c’est-à-dire le médium (l’intermédiaire) entre la population et la politique. Le journaliste doit transmettre l’information de la façon la plus claire et concise possible, dans le but d’informer. Le journaliste, c’est aussi un garde-fou, il est là pour surveiller le monde politique, les entreprises, etc. Voilà les deux rôles clés du métier de journaliste.

L’éducation aux médias est fondamentale, et elle doit commencer plus tôt

Les mots de la fin…

Le journalisme ne doit pas disparaître, il doit être préservé! L’éducation aux médias est fondamentale, et elle doit commencer plus tôt. Il faudrait davantage éduquer les jeunes générations aux médias à l’école, et ce dès le plus jeune âge. Il est important de sensibiliser les jeunes générations à cette thématique, que l’on parle de radio, de télévision ou de presse écrite. L’important c’est d’aider les jeunes générations à comprendre que ce que l’on voit ce n’est pas forcément la réalité. Il faut leur donner les outils pour démêler le vrai du faux, et comprendre la différence entre une information de qualité sourcée, et une « fake news ». Voici le véritable rôle de la presse traditionnelle: un rôle de garde-fou focalisé sur la vérification de l’information!

Giacomo Annicchiarico

Retrouvez et lisez notre recueil d’articles sur « La Googlization des médias et la transformation digitale », où vous voulez et quand vous voulez!

Cet article vous a plu? N’hésitez pas à aller liker et partager sur les réseaux sociaux de Medi@LAB-Genève

Mots-clefs : , , , , , , , , , , , ,