L’INNOVATION TECHNOLOGIQUE EST-ELLE COMPATIBLE AVEC LA PROTECTION DES DONNÉES DE L’UTILISATEUR ?

Written by Laura Puglisi. Posted in La première ère de la transformation digitale E-commerce et Longue Traine

L’Université de Genève propose au public un Mooc sur l’innovation, dont le module 5 traite de la transformation digitale  des médias. Dans cet article je vais me baser sur la séquence 1 du module 5 : “La première ère de la transformation digitale : technologie de l’information, e- commerce, longue traîne” et discuter plus particulièrement du paradoxe entre innovation numérique et protection des données. L’implication des usagers dans l’élaboration de produits est de plus en plus répandue (cf. “crowdfunding” des articles précédents), mais en parallèle, la question de la protection des données n’a jamais été autant présente dans le débat public. Alors innovation numérique peut-elle aller de pair avec la protection des données des utilisateurs ?

 

Innovation descendante ou ascendante ? 

Genève, 13 mai 2020 – Le modèle dit “technology push” a longtemps été dominant en matière d’innovation technologique. Ce modèle élaboré par Joseph Schumpeter met la science et les entreprises au coeur de l’innovation, et si cela a été vrai pendant de nombreuses années, cette vision de l’innovation est en train de changer. Récemment, les firmes ont compris l’importance des usagers dans l’élaboration d’un produit et tentent de plus en plus de les inclure : il s’agit d’un processus bottom-up. Cette vision de l’innovation technologique s’intéresse aux consommateurs directement en abordant une log

ique participative et donc, une innovation ascendante. Les entreprises ne vont plus se contenter d’imposer aux usagers leurs produits, au risque d’en décevoir une grande partie, mais vont plutôt écouter les avis afin de trouver une solution globale qui pourra satisfaire un maximum de consomm

ateurs. Cette tendance à replacer l’usager au centre de l’innovation a été suivie notamment par le géant “Nike” qui en 2018 à Paris avait lancé un concours permettant aux internautes de désigner la pair de leur rêve, les gagnants ont ainsi vu leur paire produite et distribuée par la marque. 

Et quid de la protection des données ?
Le hic de ce paradigme d’innovation ascendante s’inscrit dans la protection des données des usagers. Cette notion de sphère privée est plus que jamais un problème dans notre société actuelle, notamment suite aux divers scandales de Facebook ou plus récemment, de l’application “Zoom”. Cette notion est également floue et très complexe, la plupart des gens ne se rendent même pas compte que leurs données personnelles sont exploitées. Il n’existe par ailleurs pas de consensus sur la définition de la sphère privée, dont chacun a une perception différente et plus ou moins laxiste.
Cependant, à l’ère des smartphones et d’internet, le débat est plus que présent et demande une solution ou au moins, une clarification. Les données personnelles appartiennent légalement à la personne concernée, mais dans la pratique ce droit est difficile à faire valoir. Une des solutions avancée serait de procéder via une banque de données personnelles, dont l’individu aurait le contrôle et pourrait permettre ou non l’accès à un tiers. La faisabilité d’un tel projet reste à prouver, la seule certitude est la criticité de la situation actuelle et le besoin des usagers d’obtenir une solution pour protéger leur vie privée, seul l’avenir nous dira comment.

La protection des données en quelques minutes : https://www.youtube.com/watch?v=MXwKr5wGFwU

LG

Sources : 

  • BADILLO, Patrick-Yves, COLL, Sami, ZIMMERLI, Virginie. La ré-innovation numérique et les nouveaux usages. In: Le futur est-il e-media ?. Paris : Economica, 2014. p. 146-157.
  • BADILLO, Patrick-Yves, ROUX, Dominique. Des réseaux sociaux aux technologies sociales : une ré-innovation numérique ascendante. In: Economica (Ed.). Le futur est-il e-media ?. Paris : Economica, 2014. p. 20-34.

Mots-clefs : , , , , ,