L’innovation médiatique est-elle vraiment créatrice ?

Written by Laura Puglisi. Posted in La première ère de la transformation digitale E-commerce et Longue Traine, MOOC Innovation, médias, transformation digitale

Genève, avril 2020 – La leçon 1 de ce mooc “L’innovation ou la destruction créatrice des médias” apporte une réflexion sur le paradoxe que vivent les médias actuellement. La digitalisation et même la “googlisation” des médias a bouleversé le type de contenu proposé par les médias, qui ont dû se tourner vers le digital afin d’obtenir plus de trafic en ligne, de données et de publicité. Ce nouveau modèle économique a considérablement modifié les processus de production et de diffusion, mais qu’en est-il de la qualité du contenu journalistique?

Googlisation, PTD… qu’est-ce que c’est ?

Traditionnellement, on parle de “marché à deux versants” pour désigner le modèle économique des médias. Or, l’innovation actuelle d’internet a poussé la presse des pays développés à se tourner vers un nouveau marché qui inclurait l’audience digitale. On parle alors de “marché PDT” : publicité, données,Data Science – Mastertrafic. Ce modèle, inspiré par le géant Google, est centré sur les trafics en ligne, les données des visiteurs et la publicité comme source de revenu. Grâce à cette googlisation, les médias pourraient devenir une source importante dans la récolte d’informations sur les préférences des consommateurs.  Les journalistes ont donc dû repenser leur travail afin de prendre en compte ces nouveaux objectifs digitaux, ce qui implique notamment une innovation au niveau technologique. Mais pour autant, la qualité du contenu ne semble pas avoir énormément évolué.

Audience ou qualité du contenu : faut-il vraiment choisir ?
La baisse des ressources traditionnelles de la presse écrite a poussé les rédactions à se tourner vers des contenus attractifs en terme d’audience, afin de générer des revenus publicitaires. La digitalisation des médias a apporté un certain nombre de processus innovants et créatifs, notamment les contenus vidéos, l’interaction avec le public etc. Mais à côté de cela, on peut s’interroger sur la qualité des contenus. La presse est désormais en partie guidée par ses objectifs de produire du trafic, des données et de la publicité, ce qui laisse parfois de côté la créativité et la qualité des contenus. Comme exemple actuel, on peut citer le nombre effarant de fake news circulant autour de la crise sanitaire. Pourquoi des informations fausses sont-elles relayées? Peut-être par manque de temps, qui empêcherait de vérifier l’information des autres/de produire son propre contenu original.
Aujourd’hui, “le véritable défi pour les médias et la société est de stimuler la créativité pour produire de l’information et améliorer la qualité de l’information.” (Badillo et Bourgeois, 2018)

LG

 

Sources :
BADILLO, Patrick-Yves, BOURGEOIS, Dominique. Les mutations des médias : quel modèle de
destruction « créatrive » ? Analyse théorique et étude de cas des médias suisses. Actes du
congrès de la SFSIC 2018, Création, créativité et médiations. MSH Paris Nord : [s.n.], 2018.
BADILLO, Patrick-Yves. Réorganisation des médias : la « presse » d’information en France,
entre destructions et créations. In: Pélissier, Nicolas & Maas, Elise (Ed.). Vers une culture
médi@TIC? – Médias, journalisme et espace public à l’épreuve de la numérisation. Paris :
Editions l’Harmattan, 2015.

Mots-clefs : , , , , , ,