« Le coronavirus illustre les limites du numérique »

Written by Timon S.. Posted in Les 3 horloges de la société numérique

¦MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale » ¦ Comment faire en sorte que l’humanité profite plus du progrès technologique ? Professeur Patrick-Yves-Badillo, Directeur du Medi@Lab Genève, nous explique tout dans cet interview. C’est notre dernier article sur les trois horloges de la société numérique.

Vos recherches le démontrent : Les horloges technologique, économique et sociale tournent à des rythmes désynchronisés. Est-ce qu’on a encore une chance de les harmoniser ?

Les trois horloges contribuent à comprendre la société numérique. Nous présentons ce concept en six articles. Le 1er article introduit d’ailleurs, le sujet !

Patrick-Yves Badillo : Nous sommes en direction de la dystopie car l’horloge technologique semble sans pilote. La pandémie du coronavirus illustre cette thématique : la solution a semblé hors de portée. Certes le numérique est utile, mais il ne constitue pas l’alpha et l’omega d’une société. Le virtuel a cédé la place au réel. En quelques clics vous avez de nouveaux amis sur Facebook, vous accédez à la twittosphère. Mais le monde réel, par exemple les masques, les médicaments de base, demande toute une logistique qui prend du temps. J’ajouterai aux trois horloges l’horloge du réel, l’horloge de la production. Pour cette horloge le temps est incompressible. Produire, organiser, transporter ne se fait pas à la vitesse de la lumière, comme à travers les réseaux en fibre optique. Il faut réfléchir à notre organisation et tenir compte de cette « incompressibilité » physique du réel. Une partie de notre modèle économique devra être étudiée à nouveau pour retrouver progressivement le chemin de l’harmonie. Cela va prendre beaucoup de temps pour effectuer une révolution copernicienne !

 

Nous sommes habitués d’accéder à nos désirs en quelques clics. Le coronavirus nous rappelle l’incompressibilité du monde réel. La production des masques par exemple prend un certain temps.

Prenons un exemple concret. Les médias traditionnels sont en difficulté. Qu’est-ce qui peut se faire pour qu’ils puissent assurer l’information de qualité dans le futur ?

Les médias sont effectivement dans une situation difficile, notamment la presse écrite. Elle perd les recettes de publicité au profit de Google et Facebook. Ce problème s’accentue encore avec la crise du coronavirus. Les recettes s’effondrent. La presse cherche en ce moment des manières de s’adapter. Par exemple, en rendant payant leur contenu en ligne avec des paywalls. Le journal en ligne suisse alémanique « Die Republik » a réussi à se financer grâce au crowdfunding. Il existe donc des exemples des médias qui profitent des possibilités et retrouvent une certaine rentabilité grâce au digital. Notons que le Conseil Fédéral, conscient de ces difficultés, vient d’accorder (fin avril 2020) une aide aux médias suisses. Une initiative positive pour préserver la qualité de l’information !

Il existe donc des exemples des médias qui profitent des possibilités et retrouvent une certaine rentabilité grâce au digital.

Regardons maintenant l’horloge sociale. Comment faire en sorte que tout le monde profite du progrès technologique ? Dans un article scientifique (Badillo et Bourgeois 2016) vous avancez l’exemple du paiement des impôts en ligne pour expliquer la problématique.

Patrick-Yves Badillo est directeur de Medi@LAB Genève et organise le MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale ». Source : patrickbadillo.com

Les utopistes de la technologie vous diraient que payer les impôts en ligne, c’est facile et rapide à faire pour tout le monde. Mais comment les personnes âgé

es, ou pauvres, déconnectées, feront-elles ? Cet exemple met en lumière que les utopistes réfléchissent dans le temps court. Ils supposent que les personnes peuvent s’adapter rapidement aux nouvelles technologies. Or, ce n’est pas vrai pour tout le monde. Le social ne peut bénéficier des progrès techniques que s’il est inclus dans une problématique de long terme. Dans le cas des impôts en ligne, cela impliquerait de se demander comment on peut assurer qu’aussi les personnes âgées et les pauvres peuvent utiliser Internet. Cela nécessite non seulement une connexion, mais aussi des compétences.

 

Pour finir une question qui intéresse sans doute celles et ceux qui réfléchissent à s’inscrire au MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale ». Comment la science de la communication contribue-t-elle à harmoniser les horloges ?

Pour résoudre un problème, il faut d’abord comprendre les mécanismes sous-jacents. C’est le rôle essentiel des sciences. Il s’agit donc d’étudier les technologies sous l’angle d’une réalité humaine et sociale difficile. Aux personnes qui s’intéressent au MOOC : vous y apprenez notamment comment les horloges technologique, économique et sociale interagissent. Mon espoir est qu’ainsi un jour les participants au MOOC pourront contribuer eux-mêmes à « harmoniser » les horloges. En tant que scientifique, journaliste, politicien, fonctionnaire, entrepreneur… ou autre.

Timon Stuber

Retrouvez Medi@LAB-Genève sur les réseaux sociaux !

Was ist Twitter? Einfach erklärt - CHIP

 

 

Sources:

  • Badillo P.-Y., « Les « trois horloges » de la « société de l’information ». De la disharmonie à la rupture ? ». Chapitre 7 in Mathien M. (Dir.), Le sommet mondial sur la société de l’information, et « après » ? Perspectives sur la cité globale, Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN : 978-2-8027- 2475-9, pp. 139-161
  • BADILLO, Patrick-Yves, BOURGEOIS, Dominique. Les trois horloges des sociétés « numériques » : le temps et les approches socio-techno-économiques de l’information-communication. In: XXème Congrès 2016 de la SFSIC, Metz, 8-9 et 10 juin, 2016

5 inventions qui ont marqué la société de l’information

Written by Marie O.. Posted in Les 3 horloges de la société numérique

¦MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale » ¦ Les précédents articles ont montrés combien les horloges technologique, économique et sociale ne riment pas toujours avec la connaissance ou l’information améliorée. Mais on ne peut nier les inventions exceptionnelles des TICS ces dernières décennies. Comment expliquer une telle croissance ? Terminons par MOOC sur les trois horloges de la société numérique par 5 inventions chronologique en images, qui ont marqué le monde de la communication !

  1. Les TICS d’abord secoué par l’arrivée du téléphone le 10 mars 1876

Graham Bell (1847-1922) inaugurant en 1892 la première liaison téléphonique de NYC à Chicago. Source: Getty Images

Bien loin de ressembler aux smartphones de nos jour, c’est un tout autre modèle qui voit le jour le  10 mars 1876 :  On assiste à la première transmission sur des fils électriques d’un message vocal entre le physicien et ingénieur américain, Alexander Graham Bell et son assistant Watson. C’est le début d’une révolution technologique (Universalis). De nos jours, nous sommes passés d’un objet ne permettant que de téléphoner, des appareils dotés d’intelligence artificielle (voir notre troisième article).

Les trois horloges contribuent à comprendre la société numérique. Nous présentons ce concept en six articles. Le 1er article introduit d’ailleurs, le sujet !

Les trois horloges contribuent à comprendre la société numérique. Nous présentons ce concept en six articles. Le 1er article introduit d’ailleurs, le sujet !

  1. Le télégraphe sans fil en 1896 déclenche l’ère des réseaux de diffusion

Guglielmo Marconi (1874-1937), physicien, parvient en 1896 à émettre  la première transmission sans fil. Source: Getty Images

C’est en 1901 que les premiers signaux émis à longue distance par Guglielmo Marconi et vont transformer la radio telle que nous la connaissons. Le professeur en innovation, médias et transformation digitale, Patrick-Yves Badillo(moodle, 2020) définit la radio comme le symbole de la Galaxie Marconi. L’information circule instantanément à la population et n’est pas contrôlé par la presse. C’est une ère des réseaux qui transportent de l’information par les airs ou les câbles et va préconiser la création de trois grands groupes audiovisuel américains à savoir la NBC,CBS et ABC. 

  1. Les premières transmissions d’images télévisuelles en 1926

John Logie Baird (1888-1946), ingénieur et inventeur écossais, fait sa première démonstration de télévision en 1926 aux représentants de la Royal Institution à Londres. Source: Getty Image

L’ingénieur John Logie Baird diffuse le premier signal de télévision hertzienne en 1926. Plus tard cette innovation sera rattrapée par la seconde génération de télé, marquée par les programmes et chaînes diffusées par câble ou satellite dans les années 60. Patrick-Yves Badillo (2016) définit les télécommunications, le câble et le satellite comme étant trois piliers mass media au 20ème siècle. Perçu comme un quatrième pouvoir ces médias de masses vont diffuser les informations de façon unilatéral à un public passif.

  1. Les années 60 et 70 accueillent l’informatique et l’électronique

Surnommé ‘’le maire de la Silicon Valley’’, le physicien informaticien Robert Noyce (1927 – 1990) dépose en 1959,  le brevet du premier circuit intégré. Source: wikipedia

La période des années 60 et 70  dévoile la création des circuits intégrés ( Badillot, 2016)  et la numérisation. Ils englobent tous les acteurs en informatique, audiovisuel ou télécommunications en une catégorie: Le DigiWorld. Le numérique, va alors combiner ces secteurs hétérogènes et l’électronique va simplifier le développement de la numérisation de l’information.

  1. Les années 90  propulsent la montée en puissance d’internet

En 1991, le physicien Tim Berners-Lee, crée l’HTML, les URLs et installe le tout premier serveur et navigateur Web. Source: CERN.ch

Les chercheurs Patrick-Yves Badillo et Dominique Bourgeois  voient en cette époque, le  début de la méga industrie de l’information et de la communication. Internet devient l’intégrateur d’un grand nombre de technologies et l’accélérateur d’innovations. Il rend mondiaux tous les services de télécommunication. C’est en 1991 que Tim Berners-Lee crée le World Wide Web, destiné au grand public. Le début d’une grande aventure commence ( Le Figaro, 2009). On passe des industries de l’information diffusant à des spectateurs passif, aux figures contemporaines telles que les GAFAM, faisant des usages médias, des acteurs actifs et créatif.

Il semblerait que la société de l’information est devenu le synonyme de  progrès et s’aligne à l’évolution technologique. Cette horloge technologique anime alors la dynamique des sociétés  de l’information et imprime le tempo de l’économie mondiale. Nous espérons qu’à travers ce MOOC, votre compréhension des TICS, vous aidé à mieux appréhender les trois horloges de la société numérique !

Marie Oyomo

Retrouvez Medi@LAB-Genève sur les réseaux sociaux !

Was ist Twitter? Einfach erklärt - CHIP

 

Sources:

  • Badillo P.-Y., « Les « trois horloges » de la « société de l’information ». De la disharmonie à la rupture ? ». Chapitre 7 in Mathien M. (Dir.), Le sommet mondial sur la société de l’information, et « après » ? Perspectives sur la cité globale, Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN : 978-2-8027- 2475-9, pp. 139-161
  • BADILLO, Patrick-Yves, BOURGEOIS, Dominique. Les trois horloges des sociétés « numériques » : le temps et les approches socio-techno-économiques de l’information-communication. In: XXème Congrès 2016 de la SFSIC, Metz, 8-9 et 10 juin, 2016
  • BADILLO, Patrick-Yves, PÉLISSIER, Nicolas. Usages et usagers de l’information numérique. In: Revue française des sciences de l’information et de la communication, 2015, vol. 6, p. 1-11. https://archive-ouverte.unige.ch/unige:77576

 

4 chiffres qui montrent les inégalités de la société numérique 

Written by Marie O.. Posted in Les 3 horloges de la société numérique

¦MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale » ¦ Le progrès technologique crée la richesse et facilite nos vies. Or, une grande partie de l’humanité peine à s’approprier des technologies. Pourquoi un tel fossé ? Vous apprendrez cela dans le cours de l’Université de Genève. Voici déjà 4 données surprenants qui révèlent comment le progrès des TICS, aggravent les disparités sociales. 

1. Seulement 3.5 % de l’Afrique subsaharienne a accès à la TV

Les trois horloges contribuent à comprendre la société numérique. Nous présentons ce concept en six articles. Le 1er article introduit d’ailleurs, le sujet !

C’est le constat des chercheurs Dominique Bourgeois et Patrick-Yves Badillo dans un article publié en 2008.  Pour comparaison, les 90% des ménages des pays développés sont équipés d’un poste de télévision.  

2. 3,9 milliards d’habitants de la terre n’ont toujours pas accès aux ressources d’Internet

Ces chiffres de l’Union internationale des télécommunications datent de 2016.  Presque la moitié de la population mondiale ne profite donc pas  de la baisse des prix des TIC (technologies de l’information et de la communication). Le World Wide Web  semble être omniprésent de nos jours mais il ne l’est pas encore partout.  

3. 15% de la population mondiale est à l’origine de la quasi-totalité des TICS.

La glocalisation illustre comment la mondialisation des TICS ne rend pas les richesses homogènes. Au lieu de valoriser les pratiques locales, 70 % du DigiWorld se trouve dans les pays de l’OCDE. Pendant ce temps, l’activité d’entreprises de pays sous-développés reste faible, étant mal équipées en télécommunications.

3,9 milliards d’habitants de la terre n’ont toujours pas accès aux ressources d’Internet. Source: Canva

4. Le revenu de 2,7 millions d’américains riches est celui des 1,34 milliard des plus pauvres 

Ce chiffre présenté par Patrick-Yves Badillo, illustre bien les inégalités. D’ailleurs en Suisse, l’OFS démontre que l’utilisation des TICS varie également selon le revenu. Sachant que 35% des salarié-e-s gagnent moins de 4’000 franc. 

Ces chiffres illustrent donc que le monde s’organise dans une économie qui sépare les vainqueurs des autres. Accéder à l’information reste une fracture pour les  3 milliards de personnes vivant avec 2 dollars par jour.  Il y a un décalage entre la performance des TICS et communication humaine, mais aussi entre les horloges technologiques et sociales (voir l’article introduisant le concept des trois horloges).   Comment cet accroissement des écarts peut-il être stoppé ?  Vous trouverez ces réponses dans notre dernier article. Cette question trouve réponse également dans le MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale » . 

Marie Oyomo

Retrouvez Medi@LAB-Genève sur les réseaux sociaux !

Was ist Twitter? Einfach erklärt - CHIP

 

 

Sources:

  • Badillo P.-Y., « Les « trois horloges » de la « société de l’information ». De la disharmonie à la rupture ? ». Chapitre 7 in Mathien M. (Dir.), Le sommet mondial sur la société de l’information, et « après » ? Perspectives sur la cité globale, Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN : 978-2-8027- 2475-9, pp. 139-161
  • OFS. Utilisation d’internet. https://www.bfs.admin.ch/bfs/fr/home/statistiques/culture-medias-societe-information-sport/societe-information/indicateurs-generaux/menages-population/utilisation-internet.html, (14.04.2020 ), 2020

La fin de la mort ? Quatre questions sur le rêve techniciste

Written by Timon S.. Posted in Les 3 horloges de la société numérique

¦MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale » ¦ Bientôt l’intelligence artificielle résoudra tous nos problèmes, à point de tromper la mort. Cette vision n’est-elle pas un peu trop bonne pour être vrai ? Vous apprendrez cela dans le cours en ligne de l’Université de Genève. Dans cet article nous vous donnons déjà une idée avec quatre questions et réponses.

Les trois horloges contribuent à comprendre la société numérique. Nous présentons ce concept en six articles. Le 1er article introduit d’ailleurs, le sujet !

1) Quand la technique rendra-t-elle l’homme immortel ?  

En 2045. Ou peu après. Dans cet an, l’intelligence artificielle (IA) atteindra une telle puissance qu’elle résoudra tous les défis principaux de l’humanité. Les futuristes du Silicon Valley comme Ray Kurzweil appellent ce moment,  » la  singularité  ».  Selon Ray Kurzweil, l’IA améliorera l’infrastructure urbaine et rendra l’énergie solaire. Ce n’est pas tout : l’IA donnera l’accès de l’eau potable à tous, créera des médicaments plus efficaces et comprendra le fonctionnement du cerveau. Cela permettra aussi de tromper la mort. En 2045 au lieu de mourir, nous pourrons télécharger notre conscience sur un ordinateur. Ainsi continuera la vie.  

Téléchargons-nous bientôt notre conscience sur un ordinateur ? Source : unsplash

2) Cette prédiction sur l’immortalité est-elle fiable ? 

Non. Cette prédiction repose sur des calculs. Rien ne garantit déjà que la singularité devienne réelle en 2045. La réalisabilité même de la singularité est remise en question. Ray Kurzweil se base par exemple sur la loi de Moore, selon laquelle le progrès technologique suit inévitablement une croissance exponentielle. L’informaticien et philosophe Jean-Gabriel Ganascia critique que cette loi est une simple loi d’observation. Sa validité future n’est donc pas garantie.  

La singularité technologique est-elle réalisable ? Jean-Claude Heudin, expert de l’intelligence artificielle, répond à cette question à partir de 1:29 dans la vidéo. Source : Youtube

 3) Mais la technologie assure toutefois un progrès accéléré pour l’humanité ?  

Oui et non. Certains secteurs de l’économie profitent incontestablement des nouvelles technologies. Ce sont notamment les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft). Mais tout le monde n’en profite pas. Vous trouverez plus d’informations dans nos articles « Le bonheur des GAFAM fait le malheur de la presse» et « 4 chiffres qui montrent les inégalités de la société numérique » 

4) Comment peut-on apprendre plus sur comment la technologie façonne notre monde ?  

Pour mieux comprendre ces phénomènes, l’approche scientifique des trois horloges vous sera certainement très utile. D’ailleurs, les chercheurs Patrick-Yves Badillo et Dominique Bourgeois expliquent comment les horloges technologique, économique et sociale interagissent dans un article publié en 2016. Patrick-Yves Badillo enseignera cette approche dans le cours en ligne « Innovation, Médias et Transformation Digitale » de l’Université de Genève. N’hésitez pas à vous y inscrire !  

Timon Stuber

Retrouvez Medi@LAB-Genève sur les réseaux sociaux !

Was ist Twitter? Einfach erklärt - CHIP

 

 

Sources

  • BADILLO, Patrick-Yves, BOURGEOIS, Dominique. Les trois horloges des sociétés «numériques » : le temps et les approches socio-techno-économiques de l’information-communication. In: XXème Congrès 2016 de la SFSIC, Metz, 8-9 et 10 juin, 2016
  • Giles Daoust. Ray Kurzweil et la Singularité.  https://www.beci.be/2018/01/26/ray-kurzweil-et-la-singularite (27.04.2020), 2018
  • Mark Hunyadi. Singularité et transhumanité, ces fables de l’intelligence artificielle. https://www.letemps.ch/culture/singularite-transhumanite-fables-lintelligence-artificielle (27.04.2020), 2017

Le bonheur des GAFAM fait le malheur de la presse

Written by Marie O.. Posted in Les 3 horloges de la société numérique

¦MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale »¦ Le cours en ligne de l’Université de Genève et du Medi@LAB vous propose une approche afin de comprendre la transformation digitale et la société numérique : les trois horloges.  Cette approche aide à saisir la montée en puissance des GAFAM et la chute des médias traditionnels.

L’horloge technologique imprime le tempo de l’économie mondiale. L’horloge économique suit le mouvement, les GAFAM en sont l’exemple.

Mille milliards de dollars. C’est en 2019 la valeur boursière astronomique de Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft selon les statistique du site statista.fr. Les dites GAFAM deviennent à ce jour, les plus grosses sociétés numériques jamais cotées. Mille milliards de dollars. C’est plus que le produit intérieur brut de pays comme les Pays-Bas, l’Arabie Saoudite, la Turquie ou la Suisse. L’évolution des GAFAM est vertigineux : Parmi ces entreprises stars de la Silicon Valley californienne, certaines ont à peine 20 ans. Facebook, créé en 2004 va totaliser en début d’année 2019 plus de 2,3 milliards d’utilisateurs actifs mensuels.  Google voit le jour en 1998 et rachètera Youtube en 2006. Le site comptabilise à l’heure actuelle plus d’un milliard d’heures de vidéos visionnées chaque jour. Comment expliquer cette montée des GAFAM ?

GAFAM s’emparent des dernières technologies

Pour répondre à cette question on peut se servir du concept des trois horloges présenté dans l’article « Allons-nous vers une utopie ou vers une dystopie numérique ? ». Le voile est levé par le Professeur Badillo dans sa récente thèse  des « trois horloges de la société de l’information ». L’horloge technologique « imprime le tempo de l’économie mondiale », écrit-il. L’horloge économique suit le mouvement, les GAFAM en sont l’exemple. La montée en puissance des GAFAM est donc conditionnée par la technologie dont les GAFAM s’en servent : l’internet, le smartphone, les algorithmes ou la technologie des circuits intégrés. Ces derniers deviennent par exemple rapidement le point fort d’Apple qui propose dans ses produits, une autonomie de batterie plus préservée.

Les jeunes s’informent plus sur les réseaux sociaux qu’avec les médias traditionnels. Image: Canva

Des gagnants et des perdants

Ce développement implique non seulement des gagnants mais aussi des perdants. Qui sont-ils ? L’exemple emblématique sont les médias traditionnels. Les consommateurs cherchent à s’informer de plus en plus via les réseaux sociaux ou les moteurs de recherches. Ils sollicitent donc moins les canaux de médias traditionnels tels que la radio, la télévision et la presse écrite. Résultat : Une chute des revenus des médias traditionnels qui en paient fort le prix. 31 pays de l’OCDE, enregistrent entre 2000 et 2008, une baisse de 2,7% du tirage total de leur quotidiens. Cette évolution ne fait pas halte devant la Suisse. Elle engendre par exemple un lot des difficultés pour la presse Suisse. À commencer par la disparition de l’Hebdo et du Matin papier ou la consolidation de la presse à travers des reprises ou des fusions.

Est-ce qu’il est déjà trop tard pour les médias pour attraper leur décalage à l’horloge technologique et les GAFAM ? Quelles stratégies pourraient-ils employer ? Ces questions restent ouvertes. Inscrivez-vous au MOOC pour trouver vos propres réponses.

Marie Oyomo

Retrouvez Medi@LAB-Genève sur les réseaux sociaux !

Was ist Twitter? Einfach erklärt - CHIP

 

Sources:

  • Badillo P.-Y., « Les « trois horloges » de la « société de l’information ». De la disharmonie à la rupture ? ». Chapitre 7 in Mathien M. (Dir.), Le sommet mondial sur la société de l’information, et « après » ? Perspectives sur la cité globale, Éditions Bruylant, Bruxelles, 2008, ISBN : 978-2-8027- 2475-9, pp. 139-161

Allons-nous vers une utopie ou vers une dystopie numérique ?

Written by Timon S.. Posted in Les 3 horloges de la société numérique

¦ MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale » ¦ Vous êtes en recherche d’une formation continu pour mieux comprendre la transformation digitale ? Un cours en ligne de l’Université de Genève et du Medi@LAB pourrait être la solution parfaite pour vous. Il porte notamment sur un concept clé pour comprendre la société numérique : les trois horloges.

Les horloges technologique, économique et sociale tournent avec des rythmes différents.

La technologie c’est dieu. Elle va résoudre tous les maux de l’homme. Voire le rendre immortel. Ayez un peu de patience. Bientôt vous auriez le paradis sur terre. Cette vision n’est pas un conte de fées mais le projet poursuit par des futuristes de la Silicon Valley dont le plus connu est Ray Kurzweil, directeur de l’ingénierie chez Google. La technologie de communication nous a notamment offert des inventions exceptionnelles ces dernières décennies : le smartphone, les réseaux sociaux, et l’intelligence artificielle. Mais ces inventions sont-ils vraiment au profit de tout le monde ? Ou est-ce seulement un nombre restreint d’entreprises, de régions de la terre et de groupes sociaux qui en profitent principalement ? Pour mettre la lumière sur ces questions les chercheurs s’appuient sur« les trois horloges de la société numérique ».

L’horloge technologique serait sans pilote

L’idée de base de cette approche est que la dynamique de nos sociétés numériques peut être décryptée à travers trois horloges : Les horloges technologique, économique et sociale. « Notre approche distingue les rythmes désynchronisés de ces trois horloges », écrivent les chercheurs Patrick-Yves Badillo et Dominique Bourgeois dans un article publié en 2016. Patrick-Yves Badillo est Directeur du Medi@LAB de l’Université de Genève et Maître de conférences du MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale ». Le MOOC porte sur les trois horloges en guise de conclusion. Dans leur article, Patrick-Yves Badillo et Dominique Bourgeois constatent que l’horloge technologique accélère sans cesse et répond de moins en moins aux besoins sociaux. Elle serait mue par des mécanismes économiques privilégiant la rentabilité à court terme. Ils concluent que « nous sommes en direction de la dystopie ».

La technologie va-t-elle nous rendre immortel ? Image: canva

 

Comment tourner la roue ?

Pouvons-nous encore tourner la roue et aller vers l’utopie ? Dans les cinq articles prochains nous montrerons les enjeux de la société numériques et des solutions potentielles.

  1. Nous montrerons l’essor vertigineux des GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) et les conséquences drastiques sur d’autres acteurs économiques comme la presse.
  2. Nous expliquerons le mythe techniciste de Ray Kurzweil et les critiques envers elle.
  3. Nous vous montrerons les disparités sociales suscitées ou amplifiées par les horloges économiques et techniques.
  4. Nous vous raconterons l’histoire de la TIC (technologie de l’information et de la communication) de la presse Gutenberg jusqu’aux réseaux sociaux.
  5. Enfin nous nous interrogerons sur les possibilités pour mieux harmoniser les rythmes des trois horloges et rapprocher l’humanité le plus que possible au paradis décrit par Ray Kurzweil.

Bonne lecture ! Et peut-être, à bientôt dans une salle numérique du MOOC.