Qu’est-ce qu’une information de qualité ?

Written by Geraldine O.. Posted in L'ère des médias

| L’ère des médias | Fonctions des médias | Qu’est-ce qu’une information de qualité ? | Mai 2020 |

Durant le semestre de printemps 2020, dans le cadre du MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale », les étudiants de l’Université de Genève en journalisme et communication vont définir ce qu’est l’ère des médias. Cet article interrogera plus particulièrement la qualité journalistique. Internet permet la diffusion rapide d’une quantité d’informations toujours plus grande. Dans ce contexte, savoir différencier une bonne information d’une mauvaise est primordial !


Infographie expliquant les différents critères nécessaires à une information de qualité

Infographie – Fonction des médias

Depuis le mois de mars, le coronavirus s’est imposé comme sujet privilégié de toutes les discussions. Les informations autour du covid-19 sont omniprésentes à la radio, à la TV, dans la presse, mais également sur internet et les réseaux sociaux. Dans cette masse de messages, il est important de discerner quelles sont les informations de qualité auxquelles se fier. Alors quels sont les critères qui font une bonne information ?

Comment définir la qualité d’une information ?

Pour qu’une information de qualité soit considérée comme telle, elle est soumise à quatre critères : l’intelligibilité, la vérité, la sincérité et la justesse.

  • Intelligibilité : tout discours doit être compris, au préalable, de toutes les parties concernées
  • Vérité : les faits décrits doivent être objectivement exacts
  • Sincérité : l’évaluation de l’exactitude d’un message est subjective
  • Justesse : les énoncés doivent être conformes aux normes qui régissent le contexte

L’intérêt de ces critères pour les médias

Ces critères doivent absolument être respectés par les médias traditionnels dont l’activité principale est d’informer.

  • L’intelligibilité consiste en une information claire et facile à comprendre. Elle permet une économie d’effort de compréhension et d’analyse de la part des récepteurs.
  • La vérité concerne les faits pouvant être justes ou faux. Dans le cas des médias, il est primordial que la vérité soit recherchée à la fois par les émetteurs et les récepteurs afin d’éviter la propagation de fake news.
  • La sincérité instaure un climat de confiance entre un lectorat et un journaliste ou un journal. Ce critère remplace parfois celui de vérité pour des informations qui ne sont pas directement vérifiables.
  • La justesse oblige les médias à construire des énoncés qui sont pertinents et qui sont conformes à différentes normes établies. Par exemple, l’écriture journalistique nécessite le choix d’un angle et le respect de la règle des 5W (what ? who ? where ? when ? why ?).

D’où viennent ces critères ?

Les critères d’intelligibilité, de vérité, de sincérité et de justesse proviennent de l’agir communicationnel inventé par Jürgen Habermas. Jürgen Habermas est un théoricien allemand en philosophie et en sciences sociales qui fait partie de l’École de Francfort. L’agir communicationnel est une nouvelle théorie de la société basée sur la communication. Lors d’un acte de communication, si ces quatre critères sont respectés, un consensus se forme et une compréhension intersubjective apparaît.

Vous souhaitez en savoir plus sur les médias ? Découvrez les MOOCs de l’Université de Genève !

 

L’article a été rédigé sur la base de publications scientifiques et d’extraits du cours « Innovation, médias et transformation digitale » :

  • Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J-B., Schilizzi S., « Les médias : de l’éthique aux critères de qualité de l’information. Réflexion à partir de l’agir communicationnel d’Habermas », chapitre 49 in Sonnac N. et Greffe X. (Dir.), Culture Web – création, contenus, économie numérique-, Paris, Dalloz, 2008, ISBN 978-2-247-07971-1, pp. 865-876.
  • RTS. (16 mars 2020). Comment se prémunir contre les fausses informations sur le Covid-19 ?. En ligne https://www.rts.ch/info/sciences-tech/11168250-comment-se-premunir-contre-les-fausses-informations-sur-le-covid-19-.html, consulté le 11 mai.
  • Extrait du cours Innovation, Médias et Transformations Digitales enseigné par PROF. Pierre-Yves Badillo | Module 2 | Leçon 1: L’ère des médias | Séquence 3: Fonctions des médias

 

Quel est l’intérêt de la déontologie dans le journalisme ?

Written by Geraldine O.. Posted in L'ère des médias

| L’ère des médias | Fonctions des médias | Quel est l’intérêt de la déontologie dans le journalisme ? | Mai 2020 |

Durant le semestre de printemps 2020, dans le cadre du MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale », les étudiants de l’Université de Genève en journalisme et communication vont définir ce qu’est l’ère des médias et ses différentes composantes. Cet article questionnera plus particulièrement l’importance de la déontologie dans la pratique du journalisme. Les différentes règles qui composent le métier de journaliste permettent à la population d’obtenir des informations auxquelles elle peut se fier.


Infographie expliquant l'intérêt de la déontologie dans le métier de journaliste

© Infographie – Fonction des médias

À l’ère des réseaux sociaux, les messages voyagent à vitesse accélérée et les fake news se propagent encore plus rapidement. Les utilisateurs ont parfois du mal à distinguer les informations fiables. Les médias traditionnels doivent donc constituer des sources auxquelles la population peut se référer. Le métier de journaliste repose sur différents principes tirés de l’éthique et de la déontologie qui assurent une information de qualité.

La déontologie à la base du métier de journaliste

Depuis longtemps, les syndicats de journalistes ont affirmé leurs soucis déontologiques. Afin d’avoir des règles précises et éthiques, ils ont défini des codes ou des chartes au sein des différents journaux. En 1918, la charte des devoirs professionnels des journalistes français fut adoptée. Révisée en 1938, elle souligne la responsabilité du journaliste, le refus de la calomnie, l’intégrité du journaliste, le refus du plagiat, l’importance du secret professionnel et l’honnêteté. Quant à la Déclaration des devoirs et des droits de journalistes, elle insiste sur le respect de la vérité, de la liberté de l’information et le respect de la vie privée.

Ces règles sont en partie tirées de différents courants éthiques. L’éthique est une branche philosophique permettant de réfléchir sur la morale. Elle permet de justifier les grandes règles du journalisme telles que la recherche de vérité ou le respect des sources et des autres acteurs de la communauté.

Un métier de journaliste radicalement différent selon les régime politique

Il y a toujours eu un lien étroit entre les fonctions des médias et les régimes économiques et politiques. Durant les derniers siècles, plusieurs régimes se sont imposés et ont défini des éléments centraux concernant l’éthique et le rôle journalistique. Quatre grandes théories de la presse se sont formées.

  • La théorie autoritaire considère les médias comme un instrument de soutien pour la politique en place. Elle est appliquée à partir du XVIIème siècle par la monarchie absolue. Par exemple, sous le règne du Roi Henry VIII, il faut une autorisation royale pour publier un journal et la critique du gouvernement est interdite.
  • La théorie du système soviétique est appliquée dans les régimes totalitaires. Dans ce type de régime, les médias sont utilisés par les membres d’un parti. Il est interdit de contredire le gouvernement et ces médias contribuent au succès du parti.
  • La théorie libérale de la presse, promue dès le XVIIème siècle par John Milton, définit les objectifs d’une presse libre : informer, divertir, faire de la publicité, aider à découvrir la vérité, contrôler le gouvernement. En d’autres termes, les médias doivent surveiller l’environnement.
  • La théorie de la responsabilité sociale détermine que les médias ont le devoir de répondre aux besoins et aux désirs la société. La commission Hutchins consacre une réflexion sur les pratiques des médias. Il en résulte que les interventions dans les débats sont libres et que l’intérêt privé doit être écarté.

Les objectifs majeurs du journalisme

Un consensus se forme sur la base des théories de la presse, d’approches philosophiques et de la déontologie journalistique. Ce consensus établit cinq objectifs majeurs du journalisme dans les pays démocratiques. Ces objectifs sont : chercher la vérité, être socialement responsable, informer, servir la population de façon indépendante et ne pas servir de chien de garde au gouvernement.

Vous souhaitez en savoir plus sur les médias ? Découvrez les MOOCs de l’Université de Genève !

 

L’article a été rédigé sur la base de publications scientifiques et d’extraits du cours « Innovation, médias et transformation digitale » :

  • Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J-B., Schilizzi S., « Les médias : de l’éthique aux critères de qualité de l’information. Réflexion à partir de l’agir communicationnel d’Habermas », chapitre 49 in Sonnac N. et Greffe X. (Dir.), Culture Web – création, contenus, économie numérique-, Paris, Dalloz, 2008, ISBN 978-2-247-07971-1, pp. 865-876.
  • Conseil suisse de la presse. (2008) La Déclaration des devoirs et des droits du/de la Journaliste. En ligne http://www.mediateur.tamedia.ch/wp-content/images/Declaration_2008_fra.pdf, consulté le 11 mai 2020.
  • Extrait du cours Innovation, Médias et Transformations Digitales enseigné par PROF. Pierre-Yves Badillo | Module 2 | Leçon 1: L’ère des médias | Séquence 2: Médias, régimes politiques/économiques et rôle des organisations internationales
  • Extrait du cours Innovation, Médias et Transformations Digitales enseigné par PROF. Pierre-Yves Badillo | Module 2 | Leçon 2: Journalisme et communication | Séquence 3: Des principes éthiques à la déontologie journalistique

 

Le rôle principal des médias : informer

Written by Geraldine O.. Posted in L'ère des médias

| L’ère des médias | Fonctions des médias | Le rôle principal des médias : informer | Avril 2020 |

Durant le semestre de printemps 2020, dans le cadre du MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale », les étudiants de l’Université de Genève en journalisme et communication vont définir ce qu’est l’ère des médias et ses différentes composantes. Cet article questionnera le rôle premier des médias, celui d’informer. Dans le contexte actuel de crise sanitaire, la population montre un intérêt particulier pour les informations des médias traditionnels, illustrant ainsi l’importance de cette fonction.


L'infographie illustre les différentes fonctions des médias et plus particulièrement la fonction d'information

© Infographie – Fonction des médias

En cette période de coronavirus, le rôle des médias traditionnels se résume principalement à informer la population. Les lecteurs, les téléspectateurs et les internautes sont à la recherche d’informations fiables. Cet engouement peut aisément se comprendre au vu du grand nombre de fake news autour du covid-19.

Qui sont les médias et quels sont leurs rôles ?

Les médias traditionnels se voient attribuer plusieurs rôles tels que transmettre la culture, divertir, faire acheter à travers la publicité ou encore servir de forum, cependant leur objectif principal reste d’informer. À l’origine, le terme « média » fait référence aux médias de masse traditionnels. Il comprend la presse écrite, la télévision, la radio, l’affichage et le cinéma. De nos jours, ce terme englobe des éléments supplémentaires. Internet et les réseaux sociaux constituent les médias de masse personnalisés. Désormais, tout un chacun peut être considéré comme un média.

Informations et internet : quelles dysfonctions ?

Depuis le début des années 2000, les informations ne sont plus uniquement produites par les médias de masse traditionnels, mais par un panel toujours plus large d’utilisateurs. Le flux des informations se répand à une vitesse accélérée. Internet et le web 2.0 permettent le passage d’un modèle linéaire à un modèle interactif où l’usager est à la fois émetteur et récepteur. Les audiences, considérées jusqu’alors comme passives, deviennent actives.

Parmi les différents rôles des médias, la fonction d’information a pour but de surveiller l’environnement et de fournir une image du monde. Cette activité peut dysfonctionner si les individus ne contrôlent pas leurs sources ou donnent une image déformée de la réalité. Certains internautes partagent des informations de mauvaise qualité. Les utilisateurs sont face à une « pollution informationnelle » avec certaines informations qui sont des rumeurs, des mensonges ou des tentatives de manipulation.

Pourquoi est-il primordial de diffuser des informations vraies ?

Dans ce tourbillon médiatique, la capacité du récepteur à intégrer et hiérarchiser les informations reste limitée. Face à cette quantité de messages provenant de sources diverses, il est parfois difficile de démêler le vrai du faux. La vérité doit donc être considérée comme la qualité essentielle de toute information. Fournir des informations véridiques est la responsabilité de chaque individu et plus particulièrement celle des médias traditionnels car la population leur accorde un degré de confiance supérieur.

Vous souhaitez en savoir plus sur les médias ? Découvrez les MOOCs de l’Université de Genève !

 

L’article a été rédigé en s’appuyant sur une publication scientifique et le cours « Innovation, médias et transformation digitale » :

  • Badillo P.-Y., Bourgeois D., Lesourd J-B., Schilizzi S., « Les médias : de l’éthique aux critères de qualité de l’information. Réflexion à partir de l’agir communicationnel d’Habermas », chapitre 49 in Sonnac N. et Greffe X. (Dir.), Culture Web – création, contenus, économie numérique-, Paris, Dalloz, 2008, ISBN 978-2-247-07971-1, pp. 865-876.
  • Extrait du cours Innovation, Médias et Transformations Digitales enseigné par PROF. Pierre-Yves Badillo | Module 2 | Leçon 1: L’ère des médias | Séquence 3: Fonctions des médias

Les cinq fonctions des médias

Written by Cecilia L.. Posted in L'ère des médias, MOOC Innovation, médias, transformation digitale

| L’ère des médias | Fonctions des médias | Les cinq fonctions | Avril 2020 |

Durant le semestre de printemps 2020, dans le cadre du MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale », les étudiants de l’Université de Genève en journalisme et communication vont définir ce qu’est l’ère des médias et ses différentes composantes. Cet article listera les principales fonctions des médias afin de comprendre les pratiques et usages qui en découlent.


© Infographie – Fonction des médias

Un poste de télévision, un ordinateur, un site web, une tablette, un téléphone mais également une entreprise, tout est média. Donner une définition précise au terme « média » est  donc une tâche complexe. Alors, quelles sont les caractéristiques qui désignent un supposé média comme tel ?

Remise en question du fonctionnement

Après la Première Guerre Mondiale, la réflexion est dédiée au fonctionnement de la presse traditionnelle. Elle énonce quelques principes qui sont toujours en vigueur dans le système contemporain. Les fonctions de l’information, de divertissement et de vente sont mis au premier plan des activités. La presse est là pour résoudre les conflits et aplanir les discussions. Les consommateurs, les professionnelles ou n’importe quel individu peut intervenir dans les médias. On retrouve cette logique de nos jours, notamment avec les débats télévisés ou alors sur les réseaux sociaux.

Les cinq fonctions

1. La fonction première d’un média est d’informer. Les médias vont décider de ce qui est important ou non dans la masse des événements. Ils surveillent l’environnement et fournissent une image du monde en fonction de choix éditoriaux. 

2. La deuxième fonction est de transmettre la culture. En général, le lieu de la transmission est l’école. Les médias transmettent quant à eux les tâches culturelles des générations.

3. La troisième fonction des médias est la mise en relation. Le media s’offre comme un forum, un espace d’expression publique. Ainsi, il permet la création d’une opinion publique.

Ces paramètres semblent s’accorder sur les fonctionnalités d’un média. Mais n’oublions pas qu’un média est également un espace de visibilité.

4. Une autre fonction attribuée aux médias est la vente. Ils sont les principaux bénéficiaires de la publicité. Rupert Murdoch, mania de la presse, souligne cette fonction en affirmant que « le journal est un support de l’information et un vendeur de publicité ».

5. La dernière fonction est celle du divertissement. La culture de masse s’octroie du bien-être à travers les médias. Cette fonction n’est pas des moindres puisqu’elle agit comme un calmant des sociétés qui sont envahies par une masse d’informations. De plus, la recherche du divertissement est une préoccupation actuelle si l’on observe la popularité des médias tels que les réseaux sociaux, Netflix, etc. 

.Les médias ne sont pas une science exacte

Les multiples approches constituent des points d’entrée possibles pour cerner la complexité du monde des médias. En réalité, il n’existe pas de régime pur et absolument parfait. Gardons à l’esprit que les médias oscillent selon les périodes et qu’ils détiennent un fort potentiel d’influence. La télévision, la radio, les films, Internet et la presse influent sur notre culture, nos comportements et nos esprits. La puissance des médias réside dans la capacité de façonner le monde.


Vous souhaitez en savoir plus sur les médias ? Découvrez les MOOCs de l’Université de Genève !


Cet article a été rédigé sur la base de publications scientifiques et d’extraits du cours « Innovation, media et transformation digitale » :  

  • Les médias : de l’éthique de l’information aux critères de qualité de l’information rédigé par Pierre-Yves Badillo, Dominique Bourgeois, Jean Baptiste Lesourd et Steven Schilizzi.
  • Extrait du cours Innovation, Médias et Transformations Digitales enseigné par PROF. Pierre-Yves Badillo | Module 2 | Leçon 1: L’ère des médias | Séquence 3: Information et organisations internationales; fonctions des médias

Le système technique des médias

Written by Cecilia L.. Posted in L'ère des médias

| L’ère des médias | Fonctions des médias | Le système technique des médias | Mars 2020 |

Durant le semestre de printemps 2020, dans le cadre du MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale », les étudiants de l’Université de Genève en journalisme et communication vont définir ce qu’est l’ère des médias et ses différentes composantes. Cet article passera en revue la technique et l’évolution des médias afin de comprendre l’écosystème sur lequel il repose.


© Infographie – Système Techniques

A l’heure où certaines rotatives sont à l’arrêt, le retour de la télévision au coeurs des foyers résonne comme une victoire pour ce média traditionnel. Avant de prendre place dans nos salons, il lui a fallu quelques innovations et évolutions techniques. Découvrons ensemble le parcours de la TV au fil du temps !

Les réseaux de diffusion

Contrairement au chemin de fer, les réseaux transportent désormais de l’information et des messages. L’intérêt d’une approche historique est de montrer que des formes préexistantes préfigurent dans les modèles de communication. Le système technique des médias transforme ces modèles en les informatisant.

Concernant les réseaux de diffusion, la hiérarchie est descendante et unilatérale. Un point émetteur central diffuse les messages vers les points récepteurs. Les points récepteurs sont passifs. Ils ne renvoient pas l’information. Les modalités de transport se font par les airs ou bien par les câbles. 

Trois générations de réseaux

  • Le réseau Hertzien : En 1926, la télévision se développe progressivement. Il s’agit d’une télévision hertzienne qui fonctionne par les airs. Les usagers ont des antennes de réception et reçoivent le signal qui correspond. Le poste de télévision de 1950 propose très peu de chaînes et il ne diffuse qu’à certaines heures. La télévision agit comme un unificateur des familles. 
  • Le réseau câblé : En 1970-80, de nouvelles technologies apparaissent pour diffuser les chaînes : le câble et le satellite. Les progrès techniques permettent la diffusion de nombreuses images. Elles restent unilatérales puisqu’elles sont contrôlées par les stations de diffusion. La logique unificatrice cède sa place à une segmentation forte des usages. La multiplication des chaînes s’accompagne de la diversité des points de vue. 
  • La réseau satellite : Les systèmes techniques s’amplifient de génération en génération. Cela implique également des sauts technologiques successifs. De nos jours, les télécoms permettent de regarder la télévision par le biais d’un opérateur câblé ou via le smartphone. Toutefois, les télécoms sont en déclin depuis une décennie à cause de phénomènes nouveaux, comme par exemple la nouvelle télévision autour d’Internet. TV 3.0

.
Un média qui organise les sociétés

La télévision se révèle être une réelle innovation car elle contribue à un ancrage fortement technologique des médias. Le système technique découle de l’héritage des courants théoriques. Il est aussi lié à la fonction des médias. Les médias ont pour but d’informer, mais ils interviennent également dans l’organisation des sociétés.

Vous souhaitez en savoir plus sur les médias ? Découvrez les MOOCs de l’Université de Genève !

Histoire des médias, les courants d’influence

Written by Cecilia L.. Posted in L'ère des médias, MOOC Innovation, médias, transformation digitale

| L’ère des médias | Fonctions des médias | Histoire des médias, les courants d’influence | Mars 2020 |

Durant le semestre de printemps 2020, dans le cadre du MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale », les étudiants de l’Université de Genève en journalisme et communication vont définir ce qu’est l’ère des médias et ses différentes composantes. Cet article dégagera les grandes périodes et les approches théoriques qui en découlent afin de comprendre les effets des médias.


© Infographie – Modèle de Communication

En quête d’informations fiables, les consommateurs se pressent sur les plateformes de marques reconnues. Dans cette nébuleuse d’informations, les médias ont une responsabilité collective. Un impact qui, aujourd’hui, apparaît plus évident que jamais. Pour comprendre cet impact, revenons à l’évolution des médias et de leurs effets au fil du temps.

Les grands courants

Dans ses origines, la thématique des médias est indissociable de la notion d’information. Les modèles de communication abordés ci-dessous traduisent les pratiques et l’influence des médias relatives à chaque périodes.

Dans les années 1940, on considère que les mass médias ont un effet immédiat et massif. La relation de l’émetteur et du récepteur est unidirectionnelle. Les populations sont considérées comme de simples récepteurs. Cette relation à sens unique favorise l’influence qu’exercent les médias sur les foules. Cette période repose sur un modèle linéaire de la communication.

Dans les années 1960, l’impact massif est remis en cause par une approche empirique de Katz et Lazarsfeld : les effets limités. Les opinions préexistantes et les relations interpersonnelles du récepteur filtrent les médias. Les effets des médias ne sont plus directs. Les récepteurs sont capables de certains choix et se révèlent moins passifs. L’influence des médias est donc considérée comme sélective.

La troisième période introduit le modèle circulaire de la communication. La nature de la relation émetteur et récepteurs change de statut. En particulier pour le récepteur qui peut désormais répondre par le biais de courriers de lecteurs. Les émetteurs cherchent également à connaître l’avis de l’audience. Les effets sont alors sélectifs et limités.

La possibilité d’interagir induit des effets complexes

Plus les médias ont évolué dans le temps, plus leurs effets sont devenu complexes. Aujourd’hui, ces effets prennent en compte le rôle des récepteurs et de leurs usages, autrement dit ce que les gens font des médias. Cette tendance peut être observée avec la considération accrue d’un média par un lecteur dans un contexte de crise.

Les effets complexes traduisent l’idée que les médias ont une influence profonde et à long terme sur les perceptions, les valeurs, et les comportements des individus. Le pouvoir des médias est donc un phénomène multi-directionnel, complexe et ambivalent.

 

 

 

Vous souhaitez en savoir plus sur les médias ? Découvrez les MOOCs de l’Université de Genève !