CERN: Les leçons de communication de James Gillies

Written by Tappolet. Posted in Non classé

Medi@LAB-Genève a eu l’honneur, le 25 septembre 2013, d’accueillir le Dr. James Gillies, Directeur de la Communication et porte-parole du CERN, pour une leçon inaugurale. Avec pédagogie et humour, le spécialiste a décrit la stratégie de communication du CERN à travers des faits ayant marqué l’organisation. Ou comment bâtir une notoriété et gagner l’intérêt du plus grand nombre pour un domaine scientifique complexe. Plus grand laboratoire de physique des particules du monde, le CERN, grâce aux recherches menées avec le LHC, est à nouveau au centre de l’actualité internationale. La découverte du boson de Brout-Englert-Higgs, en juillet 2012, a permis de confirmer les travaux de François Englert et Peter Higgs, devenus lauréats du Prix Nobel de physique, ce mardi 8 octobre 2013.

James Gillies, porte-parole et directeur de la   communication au CERN : «Le défi en  communication physique est passionnant».

James Gillies, porte-parole et directeur de la communication au CERN : «Le défi en communication physique est passionnant»

Le 25 septembre 2013, Medi@LAB-Genève et le Master en information, communication et médias de l’Université de Genève ont eu le privilège de recevoir James Gillies, porte-parole et directeur de la communication du CERN. Lors de cette Leçon inaugurale, intitulée «Anges, démons et trous noirs. La stratégie de communication du CERN pendant la phase de démarrage du LHC», James Gillies a raconté devant une assistance nombreuse son fascinant voyage, initié en 1995, au sein de l’un des plus grands et prestigieux laboratoires scientifiques du monde. Il a mis notamment l’accent sur la période du lancement du Grand collisionneur de hadrons (LHC), dès 2008, et sur les stratégies de communication mises en place à l’époque.

Nommé responsable de la communication du CERN en 2003, James Gillies fût très tôt confronté à un défi majeur : faire connaître davantage au monde les activités de ce laboratoire dont la reconnaissance est mondiale et modifier certaines perceptions communes à son égard. En effet, après plusieurs années de recherche fondamentale, ce physicien de formation (Docteur de l’Université d’Oxford) se rend compte qu’il subsiste de nombreuses idées préconçues autour des activités du CERN, comme celles portant sur les trous noirs ou celles liées aux confusions sur la nature des recherches qui y sont menées (ni militaires, ni nucléaires). Le conférencier constate que ces idées ont été amplifiées et relayées, suite à la sortie d’un ouvrage de Dan Brown («Anges et Démons»), dans lequel l’accélérateur de particules est mentionné.

L’équipe de communication du CERN décide alors de saisir l’opportunité pour mieux faire connaître les activités de l’organisation, et par là même, de réfuter les fausses conceptions s’y rapportant. Confrontés ainsi aux rumeurs prétendant qu’un trou noir pourrait être généré par les expériences du CERN, James Gillies et son équipe ont réagi en scientifiques et avec humour. Ils adoptèrent une stratégie de communication de crise originale, qui mêla des jeux de questions-réponses, une ouverture des sites de recherche aux médias, mais aussi des démonstrations fondées sur des raisonnements concrets et évocateurs. Reprenant l’un de ces derniers, James Gillies rappelle qu’il faudrait 250 millions d’années d’activités de recherche pour que le CERN accumule suffisamment d’antimatière susceptible de détruire le Vatican (allusion faite au scénario catastrophe du livre de Dan Brown) ! En se basant sur un calcul de probabilité, il ajoute avec humour: « N’ouvrez plus vos placards, car les risques de basculer dans le monde de Narnia  y sont plus élevés que ceux liés aux activités du CERN ». Un scoop à méditer.

Le Dr. James Gillies et le Pr. Patrick-Yves Badillo, 25 septembre 2013

Au centre d’un vaste réseau mondial de recherche, le CERN rencontre parfois des difficultés à coordonner toutes les informations au niveau interne et externe. L’un des objectifs du service de communication est alors d’établir une relation de confiance avec le public. Pour y parvenir, il importe, selon James Gillies, « d’être transparent et honnête ». Par ailleurs, notre conférencier constate l’intérêt croissant des médias pour les activités du CERN, l’augmentation du nombre de visiteurs sur les pages web du laboratoire et la progression considérable des tweets le concernant.

Quand bien même les citoyens sont toujours davantage concernés par la science et les enjeux des recherches du CERN, cela ne suffit pas à James Gillies. Il espère que les valeurs et les découvertes de son organisation soient connues de tous. Appelant de ses vœux que le CERN soit une référence en matière de communication scientifique, il rappelle aux étudiants l’importance de leur formation universitaire en communication et médias. Intéresser et sensibiliser le grand public sur la durée, et non pas uniquement lors de grandes découvertes, tel est l’un des défis de James Gillies, qui conclut cette passionnante Leçon inaugurale par une métaphore éclairante : « La science n’est pas une découverte à un moment précis, mais un long processus, un voyage. Nous voulons emmener les gens dans ce voyage ». Embarquement en cours.

J.Gillies accompagné des Professeurs P.-Y. Badillo et P.Amey.

Dr. J.Gillies accompagné des Professeurs P.-Y. Badillo et P.Amey.

Article réalisé à l’aide des contributions rédactionnelles de:

Gwendolyn CANO et Baptiste BILLON-GRAND, étudiants Master Communication & Médias, 1ère année et 2ème année

Mots-clefs : , , ,