La presse digitale guidée par la destruction créatrice

Written by Laura Puglisi. Posted in L'innovation ou la destruction créatrice des médias

MOOC « Innovation, médias et transformation digitale ». Genève, le 07 avril 2020. Cette année, L’Université de Genève va proposer des formations en ligne MOOC. Elles abordent principalement les sujets concernant l’innovation et la transformation digitale. Ces cours pourront être disponibles sur la plateforme Coursera. L’une d’elle porte sur le concept de destruction créatrice en lien avec la presse. 

 Qu’est-ce que la destruction créatrice ?

La destruction créatrice est une théorie mise en place par l’économiste Joseph Schumpeter. Ce qu’il faut retenir de ce concept est que l’innovation est la force motrice de la croissance économique sur le long terme. Le système n’est pas figé, l’innovation redéfinit continuellement les dynamiques économiques. En effet les innovations provoquent d’abord une destruction du capital, puis se diffusent ensuite et permettent la croissance de nouveaux emplois. Il faut voir cela comme un cycle contre lequel il est n’est pas possible de lutter. Pour exemple dans la façon de consommer sa musique, les disques vinyle ont disparu au profit de CD qui eux-mêmes ont été bousculés par les fichiers MP3. Aujourd’hui, ces fichiers MP3 ont laissé place aux plateformes de streaming tel que Apple Music. Ce qu’il faut comprendre est qu’un produit ou un service finit par s’adapter à l’ère du temps. Est-ce le cas pour le monde de la presse également ?

 

Ampoule symbolisant une idée

© Pixabay

La presse face à ce processus

Avec ce concept de destruction créatrice, le neuf bouscule l’ancien. La presse est un domaine qui a connu une forte baisse de consommation ces dernières années. Ce média traditionnel a su rassembler un public large lors du 20ème siècle mais a dû partager la scène avec la radio puis l’arrivée des grands magazines puis de la télévision. Aujourd’hui, partout en Europe, les grands quotidiens connaissent un déclin au niveau des lecteurs. La presse écrite doit donc chercher un moyen de s’adapter et de survivre, il y a un besoin d’innovation. Pour ce, face à l’avènement de la digitalisation également, les journaux tentent de se renouveler. Les gens passent de plus en plus de temps sur les écrans et ce temps n’est plus engagé pour la lecture de presse écrite traditionnelle. Les journaux essaient donc de se trouver où leur audience a migré et cela passe par la digitalisation de l’information. Ils deviennent donc des médias multicanaux proposant différents formats de contenu sur une variété de plateformes (audio et vidéo notamment). On perd quelque chose mais de la nouveauté suit cette perte. Au final, doit-on voir un verre à moitié vide ou à moitié plein ?

Mots-clefs : , , , ,