Des alliances pour survivre ou le destin incertain des agences de presse

Written by Laura Puglisi. Posted in La Galaxie de Gutenberg, premier âge des "mass media", Les agences de presse : institutions du passé ou médias d'avenir ?, MOOC Innovation, médias, transformation digitale

MOOC « Innovation, Médias et Transformation Digitale »

Elles travaillent dans l’ombre mais sont essentielles à la société actuelle : les agences de presse, à défaut d’être au coeur des discussions, se retrouvent au coeur de la crise des médias. Les titres de presse résiliant leur abonnements et dépourvues d’aide extérieure, elles doivent se réinventer pour survivre. Mais comment ? Ne témoignerions-nous pas des prémices d’un nouveau monde informationnel ?

Tout le monde connaît l’importance des journaux, ils sont notre source d’information quotidienne et chaque pays est le berceau d’un grand nombre de titres de presse. Cependant, les agences de presse, dont les journaux en sont les principaux clients, sont quant à elles souvent inconnues du grand public. En effet, elles agissent dans l’ombre et pourtant, les quatre plus importantes agences de presse mondiales (Agence France-Presse, Thomson Reuters, Associated Press et Deutsche Press-Agentur) influencent à elles seules toute la société actuelle. Pourtant, ces grands acteurs du monde médiatique ne sont pas épargnés par la crise actuelle. Délaissées par les titres de presse et dépourvues d’aide extérieure, les agences de presse doivent rapidement trouver des solutions si elles ne veulent pas définitivement disparaître du paysage médiatique international. Une adaptation qui chamboule le décor informationnel et dessine le futur des agences de presse dans le monde.

« Seul on va plus vite, ensemble on va plus loin »

Les agences de presse autour du globe sont nombreuses. Entre celles qui sont nationales, mondiales généralistes ou spécialisées, elles fournissent aux médias traditionnels des informations sur des pays où ils n’ont pas suffisamment, voire pas du tout, de correspondants. Si elles constituent incontestablement des acteurs incontournables de la diffusion d’information, elles sont frappées de plein fouet par la crise des médias : L’agence DDP (anciennement AP) supprime son service en Suisse alémanique, économies sur les masses salariales à l’AFP, suppression d’emplois à l’ATS.

Les nouvelles sur les restructurations des agences de presse font la une de tous les journaux et son ponctuées par des grèves dans certains pays. Des restructurations qui forcent les grands groupes à revoir leurs stratégies, et à se réinventer pour survivre. Ainsi, le monde médiatique a commencé à observer des fusions entre différentes agences généralistes ou spécialisées afin de continuer à proposer un service de couverture généralisé. La première fut Reuters, une agence de presse généraliste mais ayant un penchant pour les informations financières, rachetée en 2007 par Thomson, son homologue canadien. Devenue Thomson Reuters, l’agence a assis son expertise dans le domaine financier et détient à ce jour un tiers du marché mondial des données financières.

En Suisse, c’est l’Agence Télégraphique Suisse qui a vu son organisation changer du tout au tout. En dépit du renouvellement des contrats avec les principaux titres de presse de Suisse et de ses clients, l’ATS voyait son chiffre d’affaire au cours de l’exercice 2018 reculer de 3,1 millions de francs suisses. Une situation critique pour le média, d’autant plus que l’information brute et sans service public a une valeur considérable.

Les dépêches de l’ATS représentent en moyenne plus de la moitié du contenu des médias romands. RTS Info.

Alors qu’elle produisait près de 60% du contenu pour divers titres de presse romands, le manque d’aide extérieure et les licenciements ont forcé l’entreprise à fusionner avec KEYSTONE, une agence photographique autrichienne (P.-Y. Badillo, 2020). Une fusion qui permet toutefois de garantir la survie de l’entreprise, tout comme l’a été Thomson avec Reuters en 2007, la nouvelle entité désirant devenir un partenaire fort des médias dans le domaine à la fois photographique et vidéographique, textuel et infographique.

L’audiovisuel, futur des agences de presse ?

Un changement de structure semble donc permettre un futur plus probable à certaines agences de presse. Outre une métamorphose organisationnelle, ces médias ne devront-ils pas opérer un tournant dans le type de contenu qu’ils proposent afin de leur permettre une activité sur le long terme ? D’après Fabrice Fries, PDG de l’AFP, le futur des agences de presse est avant tout vidéographique :

Il y a un appétit énorme d’images dans le monde des news. Il fut un temps, l’image et la vidéo venaient en illustration du texte. Aujourd’hui, l’image et la vidéo sont les portes d’entrée dans l’information, le texte venant en support. (Fabrice Fries, conférence lors du festival Media en Seine 2018)

Dans un monde toujours plus numérique, où les titres de presse se muent sur Internet et produisent de plus en plus de contenu digital, et à l’heure du visual first la vidéo semble être en passe de remplacer le texte et ainsi devenir la seule solution possible pour permettre la survie des agences d’information.

Cependant, cette survie ne dépend pas uniquement d’un changement à l’interne, mais dépend de facteurs externes plus complexes. Pour avoir une vue d’ensemble de ce problème, nous vous invitons à lire notre deuxième article « Les agences de presse face au numérique » écrit par Eva MacNeill.

.

Références 

Arc info : « Il n’y a plus qu’une seule agence de presse suisse »

Quinze Minutes (RTS) : « L’ATS, toujours d’actualité ? »

RTS Info : « L’ATS fournit jusqu’à 60% du contenu des médias en ligne romands »

Swissinfo.ch : « La grande agence de presse suisse dégraisse à son tour »

Vidéo Youtube : « La vidéo est-elle le futur des agences de presse ? »

.

Sven Grossenbacher

Pour plus de contenus, n’hésitez pas à suivre Medi@LAB sur les réseaux sociaux ! 

    

Mots-clefs : , , , , , , , , ,